La bataille de Tchernobyl, Thomas Johnson : l’histoire des liquidateurs de la centrale nucléaire


La bataille de Tchernobyl – Résumé

26 avril 1986. Le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl connaît une augmentation de puissance incontrôlable qui débouche sur une énorme explosion. Elle libère dans l’atmosphère des particules radioactives dans des proportions jamais vues jusqu’à présent.

Pendant plusieurs jours, les habitants de la région vont pourtant vivre comme si de rien n’était, inconscients du danger invisible qui les guette.

Après l’évacuation, encore reste-t-il à trouver une solution à une situation inédite dans l’histoire : comment reboucher le réacteur ? Empêcher la radioactivité de continuer à se répandre par les flancs éventrés de la Centrale ? Dans ce documentaire, Thomas Johnson raconte l’histoire des “liquidateurs”, ces hommes qui ont donné leur vie ou leur santé pour réduire l’impact de Tchernobyl sur les générations futures…


RéalisateurThomas Johnson.
Durée du film minutes.
Note – ★★★★★
La bataille de Tchernobyl, Thomas Johnson

La bataille de Tchernobyl – Critique

Thomas Johnson nous entraîne dans les coulisses de l’un des plus grands accidents nucléaires de l’histoire, avec une foule d’images d’archives et de témoignages exceptionnels. C’est un documentaire incontournable si vous voulez en savoir plus sur l’accident de la centrale de Tchernobyl.

Les images sont en grande partie inédites et ont été tournées par des journalistes ayant couvert l’événement au péril de leur vie, au plus près de Tchernobyl, à l’instar du photographe Igor Kostine, le premier à survoler la zone de la centrale. Il est décédé le 9 juin 2015 et a dû subir durant de longues années les conséquences d’une irradiation prononcée.

Les circonstances de l’accident nucléaire de Tchernobyl

Thomas Johnson commence par retracer les faits. Cette explosion, au cœur de la nuit, du réacteur n°4 de la Centrale nucléaire voisine de Tchernobyl. L’information met du temps à circuler parmi les habitants de la région : on parle d’incendie, on croit à un incident mineur qui est sous contrôle. En réalité, la radioactivité est cent fois supérieure à celle des bombes d’Hiroshima et de Nagasaki.

Dans la ville de Pripiat, à 3 km de là, les gens sont exposés à une dose de radioactivité 600 000 fois supérieure à la norme dès le soir de l’explosion. Il faudra pourtant attendre 30h après cette dernière pour que l’on ordonne l’évacuation et que l’on commence à distribuer à la population des comprimés d’iode.

La radioactivité étant invisible, beaucoup de gens ne perçoivent pas sa dangerosité… sans parler du fait que les scientifiques n’ont pas d’élément de comparaison puisque aucune catastrophe de cette ampleur n’est survenue : ils logeront d’ailleurs sur place, à Pripiat, inconscients des risques encourus, pendant toute la durée de l’enquête.

Les dysfonctionnements se multiplient car les autres pays d’Europe commencent à remarquer à leur tour un accroissement de la radioactivité sur leur territoire, sans parvenir à en déterminer la cause. Ce sont finalement des satellites espions américains qui découvrent la centrale éventrée… et Mikhaïl Gorbatchev, le dirigeant russe de l’époque, n’est informé de la situation que plusieurs jours après la catastrophe.

La bataille de Tchernobyl, Thomas Johnson

Sécuriser la centrale nucléaire

Commence alors le deuxième chapitre de l’accident nucléaire de Tchernobyl : traiter le problème à la racine. En effet, dans la centrale éventrée, le combustible nucléaire continue à brûler. La température à 200 mètres de hauteur au-dessus de la centrale atteint même 120°C, comme le constatent les hélicoptères de l’armée envoyés sur place… et cette chaleur s’accompagne d’une augmentation constante de la radioactivité.

L’armée essaie d’abord d’étouffer l’incendie en jetant des sacs de sable de 80 kg dans le trou béant… mais la température reste colossale et une nouvelle explosion menace à tout instant de se produire. On sait aujourd’hui, au regard des données scientifiques, que si elle avait eu lieu, la vie en Europe serait devenue impossible durant plusieurs siècles compte tenu de la radioactivité.

Par ailleurs, sous la centrale se trouve une gigantesque nappe phréatique : si le combustible nucléaire l’avait atteinte, se frayant un chemin par le sol fissuré de la centrale nucléaire, l’eau aurait été contaminée dans une large partie du pays.

“La bataille de Tchernobyl” vous raconte avec une précision remarquable tout ce qui a été mis en oeuvre pour empêcher cette deuxième explosion : 10000 mineurs sollicités pour creuser un tunnel et une chambre de refroidissement sous la centrale, qui travaillent sans protection à un rythme effréné, des soldats réquisitionnés…

Car les voilà, les célèbres “liquidateurs”. Des hommes, qui sont venus sur place pour “liquider la radioactivité”. Ils ont nettoyé la région, maison par maison, rue par rue, enlevant la poussière radioactive, tuant les animaux qu’ils trouvaient car ceux-ci représentaient malheureusement des vecteurs de contamination, enterrer tous les déchets et détruire certains villages…

Ce sont eux, aussi, qui ont bâti autour de Tchernobyl un sarcophage de béton et d’acier de 170 mètres de long et 66 mètres de haut avec des moyens de fortune. Les hommes allaient chacun sur le toit de la centrale durant 40 secondes pour nettoyer une maigre pelletée de déchets. Un travail de fourmi aux conséquences si lourdes.

Thomas Johnson raconte les effets de la radioactivité sur le corps, le sacrifice de ces hommes à qui, finalement, nous devons tous la reconnaissance aujourd’hui.

C’est un documentaire aussi factuel qu’il est plein d’émotion, comme lorsqu’il nous montre le retour d’une “enfant de Tchernobyl” dans l’appartement de son enfance, qu’elle avait dû évacuer pour ne jamais revenir. Je vous le conseille vivement.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.