Chronicle, Josh Trank


Chronicle – Résumé

A la suite d’une mystérieuse découverte, trois ados se mettent à développer des super-pouvoirs.

Au départ utilisés pour jouer des tours à leurs proches, ces dons sont démultipliés à mesure qu’ils les utilisent.

Rapidement dépassés par les événements, Matt et Steve décident alors d’imposer des règles.

Mais Andrew n’est pas tout à fait d’accord…


RéalisateurJosh Trank.
Durée du film minutes.
Note – ★★★☆☆
Chronicle, Josh Trank

Chronicle – Critique

Ah, l’adolescence… Cette phase bénie au cours de laquelle l’existence paraît si monotone et où l’on nourrit de grands rêves d’indépendance et de découverte. Imaginez une vie ordinaire qui s’écoule entre le lycée et les parents et, soudain, un événement qui transforme complètement votre quotidien. C’est ce qui arrive aux trois héros de Chronicle.

Il y a Steve (Michael B. Jordan), un garçon populaire et souriant, en pleine campagne pour devenir délégué de classe. Matt (Alex Russell), un garçon posé et intelligent. Et Andrew (Dane DeHaan), cousin de Matt, introverti et mis à l’écart. Il vient de faire l’acquisition d’une caméra vidéo avec laquelle il filme absolument tout ce qui lui arrive. Une vie vécue à travers le prisme de l’objectif, peut-être une manière de fuir une vie de famille peu enviable, entre une mère gravement malade et un père alcoolique et cruel, immobilisé par un accident du travail.

Un jour, lors d’une soirée, les trois garçons découvrent au beau milieu d’un champ un trou profond, aux bords bien nets. Emulation collective et ils décident d’y descendre. Ils ne seront plus jamais comme avant. Ils en ressortent avec des super-pouvoirs : télékinésie, lévitation… Ils découvrent rapidement que les pouvoirs ne cessent de se renforcer à mesure qu’ils les utilisent. Entre la tentation de la puissance suprême et la peur des dérives, les trois adolescents vont vivre l’expérience de manière bien différente.

Dane DeHaan dans Chronicle de Josh Trank

Évidemment, le scénario n’échappe pas à la comparaison avec Le projet Blair Witch. On retrouve une histoire surnaturelle racontée notamment à travers les images filmées par la caméra d’Andrew. Elle évolue rapidement vers une réflexion sur la maîtrise du pouvoir, tour à tour grisant et effrayant. Le tout savamment orchestré avec des scènes d’action bien réalisées.

Le film est court (1h25) et le rythme ne faiblit pas. C’est un résultat plutôt réussi pour Josh Trank, un jeune réalisateur de 26 ans qui signe là son premier long-métrage. Cependant, l’esprit « teen movie » de Chronicle m’amène à nuancer ma note finale. On y retrouve le profil type de l’ado, certes espiègle mais surtout totalement inconscient, se croyant invincible. C’est une simplification qui a tendance à m’agacer dans les films. Même si elle justifie tous les risques pris par les héros, elle livre une vision un peu monolithique de l’adolescence. Néanmoins, les personnages restent bien différenciés et l’ensemble est divertissant.

Un premier film prometteur…


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.