Cultiver l’intelligence relationnelle, Daniel Goleman


Cultiver l’intelligence relationnelle – Résumé

Qu’est-ce qui est à l’œuvre lorsque nous établissons des relations avec les autres ? Que se passe-t-il sur le plan biologique lorsque nous développons des liens, de la tendre enfance à l’âge adulte ? Comment expliquer la fine alchimie qui permet de créer des relations harmonieuses ?

Dans ce livre, Daniel Goleman mêle recherches issues des neurosciences et psychologie pour décrypter les liens humains, qu’ils soient sains ou toxiques.

Les sphères amicale, amoureuse et professionnelle impliquent de se glisser dans un tissu social, qui influe considérablement sur notre bien-être.

L’auteur expose les fondements des relations épanouies et tout l’impact bénéfique qu’elles peuvent avoir sur notre santé.


Auteur.
Taille du livre576 pages.
Note – ★★☆☆☆
Cultiver l'intelligence relationnelle, Daniel Goleman

Cultiver l’intelligence relationnelle – Critique

Je n’avais lu que des avis positifs sur ce livre… et j’ai pourtant été très déçue en le parcourant ! Il s’intéresse à un vaste sujet : l’intelligence relationnelle, cette capacité à comprendre avec finesse les environnements sociaux dans lesquels nous évoluons tout au long de notre vie pour avoir une réaction adaptée.

De la naissance à la fin de la vie, nos expériences sociales nous façonnent et influencent notre façon d’être avec les autres, que ce soient nos proches, nos amis puis, plus tard, notre conjoint ou nos relations de travail.

Tout le monde n’a pas la chance d’établir dès l’enfance une base saine, permettant d’aller vers les autres en toute confiance. De même, on peut croiser au fil de sa vie des êtres toxiques, dont le mode relationnel nous déstabilise profondément.

Diplômé de Harvard en psychologie clinique et en psychologie du développement, Daniel Goleman décrypte dans son livre Cultiver l’intelligence relationnelle les tenants et les aboutissants de notre fonctionnement relationnel.

Il s’appuie étroitement sur les recherches menées dans le domaine des neurosciences car à mesure que la science progresse, on découvre que les émotions correspondent à des phénomènes biologiques très spécifiques.

Goleman décrypte notamment la différence entre la “route basse”, celle de nos réactions instinctives, celle qui va parfois nous pousser à “ne pas sentir quelqu’un” sans parvenir à l’expliquer, à avoir des intuitions inattendues sur les autres… et la “route haute”, celle qui implique un véritable raisonnement sur nos relations.

Il analyse des phénomènes aussi divers que la compassion, l’empathie, la gestion du stress, le lien entre nos relations et notre santé (les relations saines ne sont pas bénéfiques seulement sur le plan psychologique, elles jouent aussi un véritable rôle physique) ou encore les schémas relationnels malsains (narcissisme, etc).

Je trouve le sujet lui-même intéressant car entre l’intelligence telle qu’elle est étudiée par un test de QI par exemple et l’intelligence sociale, il y a un monde.

On peut être brillant intellectuellement et totalement handicapé sur le plan relationnel… tout comme on peut avoir une aisance relationnelle inouïe sans pour autant avoir des performances intellectuelles hors du commun sur des sujets de réflexion.

Considérer l’intelligence comme étant multifactorielle et pas seulement axée sur la performance me paraît important… mais ce qui m’a déçue dans le livre est finalement une approche très “froide”.

C’est un bon état des lieux des progrès de la science où vous pouvez apprendre plein de choses sur le fonctionnement de votre cerveau face aux émotions (et mieux vaut aimer la biologie car on vous expliquera tout sur les aires cérébrales à l’oeuvre lorsque vous éprouvez des émotions).

En revanche, même si le titre vous promet de pouvoir “Cultiver” votre intelligence relationnelle, l’approche ressemble plus à un livre de psychologie du développement qu’à un guide pratique de développement personnel.

Bien sûr, il y a des exemples de la “vraie vie” assez parlants pour tirer soi-même des conclusions mais globalement, j’ai davantage eu l’impression de replonger dans un livre très scolaire (comme j’ai pu en lire pendant mes propres études de psycho) que dans un livre qui suscite une émotion.

En étant réaliste, je ne pense pas qu’un quelconque livre ait la capacité à vous rendre plus sociable. Mais il y a néanmoins des ouvrages qui vous “remuent”, qui vous donnent envie d’agir différemment, de changer certaines choses en vous (ou du moins d’essayer !) pour plus d’harmonie personnelle. J’ai trouvé pour ma part que ce n’était pas le cas avec ce livre… mais vous aurez peut-être une vision différente de la mienne !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.