Comment découvrir le cinéma quand on n’aime pas les films ?


Aujourd’hui, je m’adresse à tous ceux qui n’ont pas de culture cinématographique, qui n’y connaissent pas grand chose en films et en acteurs… c’est-à-dire 2 personnes et demie à peu près. C’est assez rare de rencontrer des gens qui n’aiment pas le cinéma ou qui n’y connaissent rien.

Je fais partie de cette espèce curieuse et j’ai malgré tout décidé de découvrir le cinéma petit à petit. Pourquoi et comment s’y mettre ?

Comment découvrir le cinéma ?
Comment découvrir le cinéma ?

Pourquoi regarder des films quand on n’y connaît rien ?

Si on a une certaine culture cinématographique et qu’on décide sciemment qu’on n’aime pas les films, très bien ! Après tout, tous les goûts sont dans la nature. Mais parfois, ce désintérêt est surtout une question d’habitude… ou alors, on n’a pas encore trouvé le bon film, celui qui donne envie de s’y mettre.

Pour ma part, c’est sans doute une histoire d’éducation : j’ai été incitée à lire beaucoup mais la télévision et le cinéma ne faisaient pas partie du quotidien et une fois adulte, il n’est pas évident de changer ses habitudes. J’ai souvent l’impression de perdre mon temps en regardant un film.

Je trouve ça assez handicapant socialement car quand on ne regarde jamais de films, on réalise à quel point le cinéma occupe souvent les conversations. C’est une façon simple de briser la glace avec des gens qu’on connaît peu, c’est un sujet de conversation facile et souvent partagé par tout le monde, c’est un loisir que la plupart des gens pratiquent au moins une fois par semaine (sans forcément aller au cinéma mais au moins en regardant un film à la télé). Bref, quand vous n’y connaissez rien au cinéma, vous êtes un extraterrestre !

Comment découvrir le cinéma ?

Depuis trois ans, j’essaie de regarder des films de temps en temps à un rythme qui paraît souvent très ridicule pour mes amis passionnés de cinéma. Mais ils ont au moins le mérite de permettre de se forger une petite culture cinématographique !

1) Essayez de trouver ce qui vous plaît

Là, il ne faut pas hésiter à solliciter vos amis pour trouver des films très différents les uns des autres. On peut aussi…

  • Essayer différents genres : par exemple, un film romantique, un film dramatique, un film dans un univers fantastique (type Tim Burton), etc.
  • Partir de ses centres d’intérêt et des thèmes qui vous font réagir dans la vraie vie : par exemple, j’ai toujours été fascinée par le thème de la maladie mentale, c’est ce qui m’a poussé à regarder des films comme Vol au-dessus d’un nid de coucou ou Spider de Cronenberg.
  • Piocher dans la liste des « X films qu’il faut voir absolument » : de mon côté, j’ai regardé celle du site IMDb, j’ai tout simplement lu les résumés et regardé quelques films parmi les intrigues qui m’intéressaient le plus. C’est aussi l’occasion de voir quelques classiques.

2) Notez vos progrès

Quand on ne regarde jamais de films, chaque film visionné est une petite victoire ! Pour ma part, en dehors du blog qui m’aide à garder une trace de ce que je regarde, je crée aussi une liste annuelle sur IMDb dans laquelle j’ajoute tous les films que je regarde au fur et à mesure.

3) Ne vous arrêtez pas à un « échec »

Même les passionnés de cinéma ne voient pas que des films qu’ils adorent. Oui, on n’est jamais à l’abri de tomber sur un film qui ne nous parle pas du tout et nous ennuie. Au fond, c’est la même chose que dans d’autres loisirs : un livre peut décevoir, une soirée prometteuse peut être ratée, etc. J’ai vu des films que j’ai littéralement détestés mais au fond, ils servent aussi à forger peu à peu son esprit critique.

4) Repérez un acteur/une actrice que vous aimez bien

Si un jour vous tombez sur une interprétation qui vous plaît, un moyen très simple de découvrir le cinéma consiste à explorer la filmographie de l’acteur/actrice en question. C’est comme ça que j’ai fonctionné quand j’ai découvert Ralph Fiennes et Alan Rickman.

5) Essayez les documentaires

Aujourd’hui, il existe des documentaires sur tous les sujets et certains n’ont rien à envier aux films tant les plans sont magnifiques et les histoires racontées intéressantes. Si vous avez l’impression de vous ennuyer quand vous regardez un film ou de perdre votre temps, le documentaire peut être un bon moyen d’apprendre des choses tout en se rapprochant d’un format « film ».

Ça peut rendre la transition vers le film plus facile et dans tous les cas, le documentaire est un genre à part entière qui mérite qu’on s’y intéresse.

6) Choisissez des films courts

Si vous avez du mal avec le cinéma, c’est parfois difficile de se plonger dans un film interminable de 3h ! Vous pouvez utiliser des sites comme IMDb et Allociné pour trouver des films qui ne durent pas trop longtemps.

7) Regardez le film en plusieurs fois

Cette idée provoquait des regards horrifiés chez mes amis jusqu’à ce que je leur dise « Le dernier livre que tu as lu, tu l’as lu en une fois ? » L’idée de lire un livre en plusieurs fois ne choque personne (alors que pour ma part, je préfère lire un roman d’affilée)… alors pourquoi être gêné de faire pareil avec les films ? Au fond, on arrive bien à suivre des séries télé alors que l’histoire est découpée en plein d’épisodes ; encore une fois, pourquoi ne pas faire pareil quand on a du mal à regarder des films ?

8) Faites autre chose en même temps

Si vous avez l’impression de perdre votre temps en regardant un film, profitez-en pour faire quelque chose en même temps qui réclame peu d’attention mais qui vous occupe ! Mangez, rattrapez le repassage en retard (youhouuuu), dessinez…

Pour conclure cet article, je dirais aussi qu’il ne faut pas être complexé par son absence de culture cinématographique. Il y a toujours des gens qui seront élitistes et vont vous critiquer parce que vous avez aimé tel film ou regardé tel autre. Il y a toujours des gens qui voudront vous interdire d’avoir un avis sous prétexte que vous n’y connaissez rien. Un film, c’est aussi une histoire de ressenti et même si on n’a pas l’expertise pour faire une analyse détaillée du montage ou du casting, on peut malgré tout avoir une « approche émotionnelle »…

Grâce à toutes ces petites astuces, je suis aujourd’hui capable de repérer quelques réalisateurs et acteurs qui me plaisent et c’est déjà beaucoup pour trouver sa place dans une conversation sur le cinéma !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Comment découvrir le cinéma quand on n’aime pas les films ?

  • sonia

    Bonjour,

    C’est rigolo cet article, dans le sens où moi aussi je n’aime pas le cinéma, les films, les séries…j’ai du mal à me laisser aller, et j’anticipe beaucoup les scènes que je ne peux pas soutenir (violence, sexe etc..). Donc j’ai essayé de regarder des films, un peu comme ce que tu préconises aux gens comme nous, mais j’ai échoué…j’ai décidé d’assumer le fait que je n’aime pas, même si ça surprend et que socialement, culturellement, c’est pas simple. Je ne m’en vante pas, loin de là, j’ai même parfois un peu honte d’être larguée à ce point et de ne pas connaître tel acteur ou tel film culte. Mais c’est pour moi contre nature de regarder un film, même s’il est bien, au bout de 20 min je passe à autre chose. J’ ai donc essayé de regarder les films en plusieurs fois, mais ça ne marche pas…pour moi. J’en ai eu assez, et j’ai remarqué que je ne peux pas me lancer dans un film si on ne m’a pas confirmé avant qu’il n’y aura aucune scène de violence ou sexuelle, si c’est le cas, c’est cuit. D’avance je vais stresser à l’idée de devoir regarder ce type de scène, alors que j’ai pas envie de subir les cris, les images difficiles voire insoutenables, sous prétexte que l’intrigue est génial…dommage!!! Je suis peut être trop sensible, mais c’est contre nature pour moi, de regarder cela donc j’ai arrêté de me forcer.

    Répondre à sonia
    • Marlène

      Bonjour Sonia, merci pour le témoignage ! Il ne faut pas se forcer quand on n’aime pas, après tout il y a bien des gens qui n’aiment pas lire et ça ne choque personne. Pour ma part, je n’aime toujours pas le cinéma, simplement j’arrive à regarder un film de temps en temps ce qui m’a permis de découvrir quelques acteurs et actrices célèbres « au moins une fois », idem pour les réalisateurs. J’ai ainsi pu mettre un style sur ces noms dont j’entends souvent parler, à défaut d’avoir vu toute leur filmographie.

      Il existe des sites web qui résument les films (parfois, Wikipédia fournit un synopsis très détaillé d’ailleurs) ce qui peut rassurer quand on veut savoir à quoi s’attendre. Si tu parles anglais, il y a The Movie Spoiler qui raconte TOUT le film jusqu’à la fin, de manière détaillée.

      Répondre à Marlène
    • sonia

      Merci pour ta réponse Marlène….effectivement ça peut toujours aider:-)

      Répondre à sonia
  • Sweet Judas

    « Il y a toujours des gens qui seront élitistes et vont vous critiquer parce que vous avez aimé tel film ou regardé tel autre. » → Ahah, alors ça, c’est tellement vrai… A croire que je mérite la mort si j’évoque mon amour pour les aventures de Riddick (Pitch Black for eva) ou au contraire que j’avoue mon désintérêt total pour les « anims » japonais (le style manga mono-expressif et figé, c’est pas mon truc DU TOUT). Et le pire, comme tu le soulignes, c’est que, dès lors, tu n’as plus voix au chapitre sur quoi que ce soit. Tu t’es décrédibilisée toute seule, vade retro satanas.

    Cet élitisme pseudo-intellectuel qui, pour ma part, conduit à rejeter tout ce sur quoi on peut apposer l’étiquette de « commercial donc forcément c’est pour des moutons sans cerveaux », me fatigue de plus en plus. Je comprends pas ces vendettas constantes et encore moins le sectarisme sous-jacent dès lors qu’on évoque des « films d’auteurs ».

    Répondre à Sweet
    • Serial Lectrice

      Je n’aime pas du tout les anims japonais non plus :) Je ne dis pas pour autant que c’est nul, simplement ça ne me parle pas du tout. Et quoi qu’en disent les adeptes de l’élitisme, la culture n’est pas qu’une histoire d’analyse, c’est aussi une histoire d’émotion. Je le vois avec les livres, sujet que je maîtrise davantage : il y a des œuvres dont la qualité littéraire est excellente (vocabulaire riche, syntaxe irréprochable, personnages bien développés, intrigue cohérente, bon rythme)… mais qui me laissent indifférente.

      Après, la critique de qualité et l’analyse sont nécessaires parce que ça permet aussi de prendre conscience qu’il existe une autre vision d’une oeuvre, des niveaux d’interprétation que l’on ne soupçonne pas forcément au premier abord. Mais je trouve que ça devrait pouvoir se faire avec une certaine bienveillance.

      Répondre à Serial
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.