Le dévouement du suspect X, Keigo Higashino : une lutte d’intelligences de haut vol


Le dévouement du suspect X – Résumé

Yasuko Hanaoka, une mère célibataire, s’est installée avec sa fille Misato dans un nouvel appartement pour commencer une nouvelle vie et fuir le joug d’un ex-mari insistant qui la harcèle. Le jour où il la retrouve, la situation dérape et Yasuko assassine son ex-mari.

Alors qu’elle reste désemparée par son acte et s’imagine déjà en prison, elle reçoit la visite de son voisin, Ishigami, professeur de mathématiques.

Secrètement amoureux d’elle, Ishigami lui propose de maquiller le crime afin que l’on n’en retrouve jamais l’auteur et utilise son cerveau de mathématicien de génie pour concevoir le stratagème qui entraînera la police sur une fausse piste.

Résistera-t-il à l’enquête ? Yasuko parviendra-t-elle à jouer la comédie assez bien pour rendre le mensonge crédible ?


Auteur.
Taille du livre320 pages.
Note – ★★★☆☆
Le dévouement du suspect X, Keigo Higashino

Le dévouement du suspect X – Critique

Keigo Higashino est l’un des maîtres du polar japonais et plusieurs de ses œuvres ont été traduites en français aux éditions Actes Sud. J’ai donc décidé de découvrir sa plume avec ce roman, Le dévouement du suspect X

L’intrigue nous entraîne dans un quartier de Tokyo où une mère célibataire, Yasuko Hanaoka, a élu domicile avec sa fille adolescente. Autrefois entraîneuse dans un bar, elle travaille désormais dans un petit restaurant de quartier et a divorcé de Togashi, son ex-mari alcoolique et violent. Toutes les conditions semblent réunies pour lui permettre de prendre un nouveau départ dans la vie !

Hélas, l’éloignement n’a en rien calmé les ardeurs de Togashi et il ne tarde pas à retrouver la trace de Yasuko. Comme à son habitude, il s’efforce de la convaincre qu’il a changé, se montre insistant et n’hésite pas à la suivre à son domicile.

C’est là que subitement, la situation tourne mal. Togashi finit par s’écrouler sur le sol de l’appartement, mort.

Yasuko reste abasourdie par ce qui vient de se passer et, encore anesthésiée par le choc, elle s’imagine déjà menottes aux poignets, séparée de sa fille et condamnée à perpétuité.

C’est sans compter sur un témoin inattendu qui, sans avoir vu la scène, n’a pas perdu une miette de l’agitation qui a eu lieu dans l’appartement.

Ce témoin, c’est Ishigami, un vieux garçon dont la vie entière est vouée à sa passion pour les mathématiques et dont l’esprit brillant est sans cesse en mouvement.

Ishigami, très attiré par sa jolie voisine Yasuko, prend alors une décision impensable : s’impliquer dans l’histoire et mettre à profit sa grande intelligence logique pour élaborer un plan qui orientera la police sur une fausse piste.

Pourquoi se dévouer ainsi par amour ? Yasuko peut-elle accepter une telle proposition et vivre avec sa culpabilité ? Comment Ishigami peut-il à lui seul maquiller le crime de manière à tromper une équipe entière d’enquêteurs ? Les questions se bousculent quand on commence à lire ce roman et au fil des pages, on découvre une intrigue à la logique implacable !

Elle se transforme en une véritable lutte d’intelligences lorsque l’affaire attire l’attention de Yukawa, un ancien camarade de promo d’Ishigami devenu physicien.

Ami avec l’inspecteur de police en charge de l’enquête, il soupçonne rapidement l’implication d’Ishigami dans le meurtre. Mais comment démontrer que le mathématicien a commis ce sacrifice impensable de se dénoncer à la place d’une autre ?

Dans une véritable “joute de cerveaux”, deux génies s’affrontent sur un même problème : l’un pour faire en sorte que l’on ne trouve jamais la (bonne) solution, l’autre pour mettre au jour les secrets de cette équation complexe !

L’intrigue ne manque pas d’originalité et elle est très axée sur la dimension intellectuelle, ce qui change des enquêtes à l’américaine. J’ai cependant eu un peu de mal à y adhérer car je n’éprouve pas d’attachement particulier à la culture japonaise, ici omniprésente dans l’histoire.

Elle imprègne notamment le caractère et les réactions des personnages (peur de perdre son honneur, etc.) et cette pudeur des émotions crée une certaine distance affective que j’ai ressentie en tant que lectrice. Si vous aimez le Japon, cette particularité devrait au contraire beaucoup vous plaire car ça reste un roman de grande qualité.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.