Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Michel Gondry : amnésies amoureuses


Eternal Sunshine of the Spotless Mind – Résumé

Joël Barish mène une existence routinière et est sans cesse rongé par une timidité dévorante qui l’empêche d’aborder les femmes. Jusqu’au moment où il rencontre Clémentine Kruczynski, dont le caractère pétillant et extraverti le tire de sa léthargie.

Ils sont aussi différents que complémentaires : elle est aussi impulsive qu’il est prévoyant, aussi déjantée qu’il a la tête sur les épaules… et ça fonctionne !

Un jour, Joël apprend l’impensable : Clémentine a fait appel à la société Lacuna pour l’effacer entièrement de sa mémoire. Elle ne le reconnaît plus et ne garde aucun souvenir de leur relation.

Désespéré, Joël décide de suivre la même procédure et à mesure que ses souvenirs du bonheur avec Clémentine défilent sous ses yeux, il réalise qu’il n’est peut-être pas prêt à clore définitivement ce chapitre de sa vie…


RéalisateurMichel Gondry.
Durée du film minutes.
Note – ★★★★☆
Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Michel Gondry

Eternal Sunshine of the Spotless Mind – Critique

Eternal Sunshine Of The Spotless Mind est un film qui séduira tous les amateurs de psychologie tant il permet de réfléchir à la manière dont nos souvenirs – bons et mauvais – jouent un rôle dans notre façon d’aborder le moment présent.

C’est l’histoire d’une rencontre entre deux êtres aux caractères bien différents. L’une, Clémentine (Kate Winslet), se laisse guider par ses impulsions, par une soif intarissable de nouvelles expériences et une quête de plaisir dans le moindre instant du quotidien. L’autre, Joël (Jim Carrey), inhibé, voue une profonde importance à la rationalité. A ses yeux, une décision ne peut être bonne que si elle a été préalablement réfléchie.

Alors inévitablement, leur passion est aussi brûlante que conflictuelle tant les caractères s’entrechoquent dans leur essence même. Ce pourrait être une intrigue construite autour de la maxime selon laquelle « Les contraires s’attirent » mais il n’en est rien.

Car les deux protagonistes disposent d’une solution commode et dangereuse : une société, Lacuna, a développé une méthode de cartographie cérébrale qui permet d’effacer sélectivement des souvenirs.

En poussant la personne à revivre les souvenirs en question par la pensée, le logiciel détermine les nœuds mnésiques à effacer pour faire disparaître peu à peu les souvenirs traumatiques.

Eternal Sunshine of the Spotless Mind
Eternal Sunshine of the Spotless Mind – Joel Barish (Jim Carrey) et Clementine Kruczynski (Kate Winslet)

Et justement, un jour, mue par une énième impulsion, Clémentine décide de faire effacer Joël de sa mémoire… et il découvre l’existence de cette procédure qui aurait dû rester clandestine. La perspective d’y faire appel à son tour est tentante mais soulève aussi de nombreuses réflexions.

Les souvenirs déplaisants participent à la construction de notre psychisme… mais doit-on considérer leur présence comme négative et pénalisante ? Est-ce qu’une mauvaise expérience, qu’elle soit amoureuse ou d’un autre ordre, ne permet pas aussi de s’enrichir ? Est-ce qu’on peut faire le deuil d’un amour déçu simplement en l’oubliant ou en reste-t-il une trace inconsciente ?

Eternal Sunshine Of The Spotless Mind donne à réfléchir sur toutes ces thématiques, avec en toile de fond une belle histoire d’amour qui met à l’honneur la place des différences de personnalité dans un couple. Un classique à voir ou à revoir !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.