Frank Dillane : interview Entertainment Weekly (Fear The Walking Dead)


Ce 13 août, le site Entertainment Weekly a publié une interview exclusive de Frank Dillane au sujet de la série Fear The Walking Dead. Plus approfondie que toutes ses interventions précédentes dans les médias, elle permet à l’acteur de dévoiler ce qu’il ressent face à la célébrité et de partager sa vision de son rôle. Rappelons que la diffusion de Fear The Walking Dead débutera le 23 août.


Frank Dillane & Cliff CurtisEntertainment Weekly : Alors, à quel point connaissais-tu l’autre série Walking Dead et tout cet univers quand tu as obtenu le rôle ?
Frank Dillane : Eh bien, je ne connaissais pas du tout en réalité ! Je n’ai absolument rien vu. J’essaie de me tenir à l’écart autant que possible. D’après ce que j’ai compris, c’est une série très différente et sans doute des personnages différents mais je m’en suis tenu à l’écart. Je pense que ça pourrait me porter préjudice si je commençais à regarder quelque chose dont je fais plus ou moins partie, si je commençais à imiter le style de cette série ou autre donc je garde mes distances.

Es-tu à l’aise avec l’idée de regarder ton propre travail ?
Oh, pas du tout du tout ! C’est vrai. Je ne regarde pas. Il se pourrait que je le fasse. Je n’en ai vraiment pas envie mais je pense que j’arrive maintenant à un âge où, en tant qu’acteur, il est temps que je commence à regarder, à analyser et à me dire « Bon, très bien, ça ça n’a pas fonctionné » ou au contraire « Ca, c’était bien ».

Que ressens-tu à l’idée de faire partie d’un spin-off, d’une série dérivée de The Walking Dead… enfin, peu importe le nom qu’on lui donne ? L’avantage, c’est que la série a automatiquement reçu beaucoup d’attention mais l’inévitable comparaison entre les deux peut éventuellement devenir un inconvénient !
Eh bien, les gens oublient très vite les choses, non ? Donc j’imagine que dans dix ans, quand les gens repenseront à l’époque The Walking Dead ou à la série dérivée, ils ne verront que The Walking Dead. C’est comme avec Star Wars, non ? Je me souviens quand ils ont commencé à refaire Star Wars, la folie qui entourait tout le projet, « comment osent-ils », etc. Mais aujourd’hui, c’est juste un dénominateur commun. Les gens vont continuer à créer des choses. Il y aura d’autres spin-offs. Et puis, ça reste le même créateur [pour Fear The Walking Dead]. Bien sûr, j’étais très préoccupé par cet aspect au départ mais j’essaie de ne pas trop y penser.

Ce qui est intéressant, Frank, c’est que tu es l’une des rares personnes dans cette nouvelle série à avoir de l’expérience avec une fan base aussi passionnée, je fais référence à ton rôle de Vous-Savez-Qui dans Harry Potter. Tu penses que ça t’a un peu préparé à ce qui va se passer avec ce public très passionné ?
Oui. C’est intéressant, tu sais. Je pense que ça pourrait m’avoir aidé, parce que j’ai été exposé à ce genre d’hystérie relativement tôt donc je m’y attends. Au moins, ce ne sera pas une surprise. Je n’apprécie pas vraiment ça mais au moins, je m’y attends.

Quand tu dis que tu n’apprécies pas trop ça, dans quel sens tu l’entends ? Est-ce parce que tu as l’impression que toute cette excitation détourne l’attention de l’art lui-même ?
Eh bien, il y a un peu de ça. Et puis, tu sais, je suis sûr qu’il va arriver un moment où parfois, je ne vais plus pouvoir me balader tranquillement dans la rue et ce n’est pas quelque chose que je recherche. Je ne veux pas vraiment être célèbre. Ça détourne un peu l’attention de l’art mais je pense que ça fait partie du métier aujourd’hui, je crois que c’est le cas. Mais à un niveau plus personnel, je me laisse facilement influencer donc je ne veux pas commencer à croire à tout [ce qu’on raconte] parce que j’ai peur que ça tourne à la « Wacko Jacko » (note : surnom donné à Michael Jackson par la presse à scandales, signifie « Jacko le Fêlé »). Tu vois ce que je veux dire ? Je me dis que je pourrais complètement perdre la boule et atterrir à Neverland… On ne sait jamais, dans la saison 3 on me retrouvera peut-être avec quatre prostituées mortes ! (Il rit)

Et ton père (Stephen Dillane) ? Il a dû lui aussi croiser une fan base passionnée ces derniers temps avec Game Of Thrones. Est-ce qu’il t’a parlé de la pression des médias, des fans, ou t’a préparé à ça ?
Mon père a vécu les choses très différemment. Ca faisait des années qu’il perfectionnait son art et des années qu’il faisait ce métier avant de devoir se soucier de Game Of Thrones. Donc il a vraiment construit sa réputation d’acteur sans la peur de devoir aussi montrer sa personnalité. Pour ma part, j’ai débuté dans une autre génération donc toute cette communauté de fans, le fait de devoir faire des interviews avant même la sortie d’une série, tout ça, je crois que ce serait injuste de comparer ça avec ce qu’a vécu mon père. Il n’a pas eu le même parcours.

Tu travailles sur cette série super lugubre et ton personnage a un profil super sombre. Est-ce que c’est difficile de s’en défaire ? Tu travailles très dur sur ce personnage de Nick et sur la montagne russe que sont ses émotions. Est-ce que parfois tu as du mal à te débarrasser de ça à la fin de la journée ?
Oui, je crois. Au fil de la série, après avoir tourné le premier épisode, ça s’est atténué peu à peu. Ca ressemblait plus à du travail au fil du temps. Mais au début, quand j’ai commencé à tourner le pilote, je ne l’ai pas très bien vécu. Mais c’est difficile, tu sais, parce que les personnages déteignent sur toi. Je n’apprendrai jamais. Je vais travailler sur le personnage, faire des choses et au bout de deux semaines, ce sera « Putain, je pourrais vraiment à prendre de l’héroïne en fait » (note : Frank interprète un toxicomane dans la série). Ou je me dirai que je pourrais réellement aimer ce que mon personnage aime.

On commence à le désirer soi-même sans remarquer que c’est juste le personnage qui parle, le personnage qui prend le contrôle ou quelque chose comme ça. C’est intéressant. Nick a sans aucun doute déteint sur moi et déteint encore parfois sur moi mais maintenant, j’ai assez de recul pour en prendre conscience. Enfin, les choses sont lancées, maintenant, n’est-ce pas ? La saison est lancée. Je ne peux pas être en train de rester dans le rôle toute la journée même quand j’ai trois jours de repos çà-et-là !

C’est intéressant et je sais que quelques-uns des acteurs de l’autre série Walking Dead ont fait des cauchemars avec des zombies. Parce qu’inévitablement, on rêve de son travail et ça leur est arrivé.
J’en ai fait un la nuit dernière ! C’est tellement bizarre. J’ai fait un rêve. J’ai rêvé que j’étais sur une île et qu’il y avait deux hôtels : l’un d’entre eux était plein de gens morts et l’autre non, et j’étais dans l’hôtel plein de gens morts.

Et qu’est-ce qui s’est passé dans l’hôtel ?
Il y avait juste des zombies partout, des gens morts qui arpentaient les lieux. Il y avait un petit garçon avec un revolver et un cadavre, il a découpé le cadavre, il lui a arraché la chair, l’a mise dans son petit revolver et a commencé à tirer sur les gens pour pouvoir les transformer en zombies à distance. Attends, ça ferait un super bon épisode !

Ce sera dans la saison 3 !
Oui, c’est pour la saison 3 !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.