Frank Dillane révèle sa plus grande peur au sujet de Fear The Walking Dead


Dans le cadre de la promotion de la série Fear The Walking Dead, dont la diffusion a débuté ce 23 août sur AMC, Frank Dillane a accordé une nouvelle interview à Entertainment Weekly (après la première interview exclusive diffusée récemment).

Il évoque notamment des épisodes de sa vie personnelle qui ont nourri son inspiration pour interpréter Nick, le jeune homme drogué qu’il joue dans la série et partage sa plus grande peur au sujet de son rôle…

Frank Dillane et Reyess Pindola sur le tournage de Fear The Walking Dead
Frank Dillane et Reyess Pindola sur le tournage de Fear The Walking Dead
Entertainment Weekly : Lors de la diffusion du premier épisode, j’ai été vraiment frappé par la nature enfantine de ton personnage et par la manière dont tu l’as joué. Quand j’ai entendu dire que tu allais jouer un junkie, ce n’était pas du tout à ça que je m’attendais. Je pensais qu’il aurait davantage l’air d’un gros dur.
Frank Dillane : Eh bien, oui, je pense que ça a pris cette forme peu à peu. Je ne sais toujours pas si Nick est sincère ou non. Quoi qu’il en soit, ce qui était intéressant pour moi était ce moment où un enfant sort du droit chemin, décide de prendre son envol ou de prendre les choses en main.

Dans le cas de Nick, [ça correspond au moment où] son père est mort. J’ai donc essayé de figer le temps sur ce garçon de douze ans dont le père meurt, de soulever le couvercle et de voir ce qu’on trouve dessous. Il semble sans aucun doute très puéril.

Et les drogues ne font qu’amplifier cet aspect.
Ce qui est intéressant avec l’héroïne, c’est que ces gens… J’ai quelques amis qui sont accro à l’héroïne ou qui l’ont été et ce qui est frustrant chez eux, c’est qu’ils ont perdu les années pendant lesquelles ils ont été accro. J’ai un pote qui a été accro pendant 15, 20 ans, il est un peu plus vieux maintenant mais quand on le rencontre et qu’on lui parle, c’est comme si on parlait à un garçon de seize ans. Comme s’il avait perdu toutes ces années de maturité… Il forme un étrange mélange de jeune et de vieux parce que l’héroïne détruit aussi tes cellules – ou non – en fonction des doses que tu prends donc je trouve ça intéressant. Un héroïnomane me semble être jeune et vieux en même temps.

Nick s’est attiré des ennuis, en quoi ont-ils affecté sa relation avec sa famille selon toi ?
C’est difficile avec maman. Je pense qu’il est méfiant quant à l’idée qu’on s’occupe de lui et qu’on prenne soin de lui. Je suppose que c’est le moment où… enfin… il a quoi, 19 ans maintenant ? Donc il est à un âge où il n’a pas vraiment besoin d’une mère mais on a besoin d’une mère plus tôt dans sa vie et, quand un garçon atteint l’âge de 16, 17 ans, on le laisse partir. Quand tu es un Viking, tu dors près du feu jusqu’à l’âge de 17 ans et ensuite, quand tu as 17 ans, on t’envoie commettre des viols, des pillages et faire des conquêtes. Je pense que Nick se confronte à l’apocalypse à un stade où il n’a pas vraiment besoin de maman ou de présence féminine en général alors qu’il aurait pu en avoir besoin plus tôt.

J’ai trouvé intéressante la manière dont commence l’épisode, avec Nick qui est celui qui découvre ce truc et essaie de le raconter mais à cause de ses problèmes avec la drogue et du traumatisme d’avoir été heurté par une voiture, tout le monde remet en cause la réalité de ce qu’il a vu. J’ai trouvé que c’était une bonne introduction pour la série. (note : si vous ne voyez pas à quel moment le journaliste fait référence, vous pouvez consulter le résumé de Fear The Walking Dead épisode 1, saison 1)
Oui, je peux imaginer que du point de vue de quelqu’un qui est extérieur à tout ça, c’est assez peu réaliste à croire quand on entend un gamin perturbé raconter toutes ces choses !

Ce n’est pas la source la plus fiable qui soit !
Oui, ce n’est pas une source fiable !

Parle-moi de l’accent. Avais-tu déjà travaillé sur l’accent américain avant et comment as-tu imaginé la voix de Nick ?
L’accent était ma plus grande peur donc j’ai passé beaucoup de temps à travailler avec des coachs en accent pour essayer d’avoir un bon accent américain. Je pense que c’est très important et très facile de mal le jouer. Je n’ai pas encore vu le pilote donc je ne sais pas si j’ai fait du bon boulot ou pas mais l’accent est sans aucun doute ma plus grande peur.

Le deuxième épisode de Fear The Walking Dead arrive sur les écrans dès le 29 août aux Etats-Unis.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.