Hippocrate, Thomas Lilti : un film sur l’hôpital, le vrai


Hippocrate – Résumé

Benjamin, jeune interne de 23 ans encore peu sûr de lui, débute son stage à l’hôpital dans le service de médecine interne dirigé par son père, le professeur Barois.

Il s’y retrouve aux côtés d’Abdel, qui était médecin dans son pays mais doit refaire des stages en France pour pouvoir prétendre à une équivalence avec son diplôme algérien.

Voyant à quel point Abdel semble maître de toutes les situations, y compris les plus complexes, Benjamin commence à douter de son propre talent pour la médecine…


RéalisateurThomas Lilti.
Durée du film minutes.
Note – ★★★★☆
Hippocrate, Thomas Lilti

Hippocrate – Critique

Hippocrate est un très beau film sur un pan de vie à l’hôpital, si réaliste qu’il est à la frontière entre fiction et documentaire, si réaliste qu’il est parfois drôle et parfois triste à pleurer.

Le service de médecine interne dans lequel se déroule l’histoire m’a paru terriblement fidèle à la réalité : il accueille toutes sortes de patients, depuis des SDF à l’état de santé précaire jusqu’à des patients en phase terminale qui n’ont pas la place d’être accueillis dans des services plus adaptés. Ce décor nous est dépeint sans mise en scène excessive, sans pincettes mais toujours avec une forme de pudeur : ainsi, on assiste à l’arrivée d’un homme fortement alcoolisé, qui insulte copieusement tout le personnel à grand renfort de « Salope ! » mais envers lequel chacun garde le respect qui sied au contexte.

Le film nous montre de multiples facettes du métier de soignant, à commencer par la complexité des rapports humains : faut-il révéler aux patients la vérité sur leur état ? Peut-on tout dire à une famille en souffrance ? Faut-il respecter les règles à la lettre ou peut-on s’autoriser une certaine souplesse quand la situation l’exige ? Peut-on établir une vraie relation avec le patient même dans les cas d’extrême urgence ? Comment faire face au manque de personnel, aux responsabilités placées sur les épaules des internes très tôt, trop tôt peut-être ? Que penser de la situation des immigrés qui se retrouvent à partager le maigre salaire des étudiants français, alors qu’ils étaient qualifiés et parfois expérimentés dans leur pays ?

Et puis, Hippocrate aborde aussi des questions plus complexes comme celle de la fin de vie : le médecin peut-il et doit-il faire passer au premier plan la volonté du patient lorsque celui-ci refuse qu’on le réanime ? Qui est responsable des erreurs médicales et comment les gérer ? Quelles sont les conséquences sur les malades d’un manque de budget ?

Hippocrate, Thomas Lilti - Vincent Lacoste et Reda Kateb

Hippocrate est un film empreint de gravité mais pas dépourvu pour autant de moments d’humour qui permettent de relâcher la pression et de garder chez le spectateur un bon équilibre émotionnel. On rit, de ce rire que les médecins eux-mêmes utilisent pour se libérer. On plonge dans l’humour potache des étudiants en médecine, les petites guéguerres amicales entre spécialités… tout en comprenant parfaitement que c’est avant tout un moyen de contrebalancer tout ce qu’il faut encaisser pendant une garde : des décisions dont la portée est lourde, la mort qui s’invite parfois dans une relation qu’on aimerait juste thérapeutique.

Vincent Lacoste, dans le rôle de Benjamin, et Reda Kateb, dans le rôle d’Abdel, livrent tous deux des interprétations extrêmement intéressantes, jamais surjouées. Jacques Gamblin est lui aussi magistral dans le rôle du père de Benjamin, impressionnant de rigueur et de sérieux. J’ai seulement regretté que la dimension « travail d’équipe » ne soit pas plus forte car il me semble qu’à l’hôpital, il y a bien plus de solidarité que ce que montre le film.

Certains développements m’ont semblé un peu tirés par les cheveux à la fin du film mais d’une manière trop mineure pour que j’en tienne réellement rigueur à Thomas Lilti, qui nous offre avec Hippocrate un film plein de sensibilité.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.