I Origins, Mike Cahill : la réincarnation existe-t-elle ?


I Origins – Résumé

Ian (Michael Pitt) est un jeune chercheur prometteur, fasciné par l’œil humain et la façon dont il permet d’identifier une personne de manière unique.

Personne n’a exactement le même iris…

Mais un jour, Ian découvre que son fils nouveau-né a exactement le même oeil qu’un autre homme enregistré dans la base de données qui stocke ces informations biométriques.

Comment est-ce possible ? Est-ce une simple erreur ou une forme de réincarnation ?

Ian est bien décidé à examiner la question avec la rigueur scientifique qui est la sienne… mais parfois, les émotions s’invitent dans l’équation et l’idée qu’un être puisse revivre à travers quelqu’un d’autre peut se révéler plus bouleversante qu’il n’y paraît.


RéalisateurMike Cahill.
Durée du film minutes.
Note – ★★☆☆☆
I Origins, Mike Cahill

I Origins – Critique

I Origins se situe à mi-chemin entre un film dramatique et un film de science-fiction. L’intrigue commence sous un angle très intellectuel, à travers un débat de fond qui oppose science et religion : en tant qu’athée, Ian espère prouver à travers l’étude de l’œil humain que la théorie de l’évolution est valable, réfutant ainsi les théories créationnistes. Il reproche à la religion de ne pas tolérer la “mise à l’épreuve” contrairement à la science où l’on accepte de se tromper, de faire des découvertes qui remettent parfois en cause le passé.

Ian est obnubilé par son objet de recherche au point de photographier les yeux de toutes les personnes qu’il croise. Lorsqu’il donne naissance à un fils, c’est donc tout naturellement qu’il prend un cliché de ses yeux et les entre dans une grande base de données qui répertorie des centaines de millions d’individus, scannés à diverses occasions (dans les aéroports par exemple). Il découvre alors que les yeux du bébé sont rigoureusement identiques à ceux de quelqu’un d’autre.

Autour de cette étonnante découverte, le réalisateur Mike Cahill a imaginé une intrigue étroitement tissée de drames et d’émotion. Ian a ainsi souffert d’une véritable tragédie amoureuse qui le hante. Lorsqu’il mène ses recherches scientifiques, il doit composer avec ses sentiments qui, parfois, brouillent son jugement. Et s’il existait, quelque part, une femme qui avait le même œil que celle qu’il a aimée ?

J’ai trouvé l’approche de départ intéressante et la première heure du film plutôt agréable. Malheureusement, le scénario dans son ensemble – et particulièrement la dernière partie – souffre à mes yeux d’un problème de crédibilité.

Ian (Michael Pitt) et sa compagne Sofi (Astrid Bergès-Frisbey)
Ian (Michael Pitt) et sa compagne Sofi (Astrid Bergès-Frisbey)

D’abord, parce qu’il manque dans ce film un élément qui me paraît pourtant crucial dans une approche scientifique : l’éthique. Scanner les yeux des gens, ficher tout ce petit monde et mener des expériences là-dessus, confier les clés de son labo à la stagiaire de première année qu’on laisse faire ses petits bidouillages génétiques comme elle l’entend… C’est une vision assez négative de ce qu’est la recherche scientifique.

De même, Ian semble bénéficier d’un budget illimité qui autorise toutes les folies et ça ressemble à une astuce un peu facile pour pimenter l’intrigue en l’entraînant loin de son labo. Enfin, son enquête le conduit en Inde… et là, il semble seul au monde, “faisant son marché” parmi les enfants des rues pour les besoins de ses recherches. Enfants qui, à aucun moment, n’affichent de méfiance envers lui, dociles parce que le scénario l’exige.

Bref, à partir d’une idée qui me semblait originale, Mike Cahill propose un film qui m’a déçue en jouant la carte de la facilité et en misant sur des personnages trop stéréotypés à mon goût, depuis le chercheur coincé à lunettes très cartésien jusqu’à la femme-enfant/femme fatale très spirituelle. Dommage !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.