Il faut qu’on parle de Kévin, Lionel Shriver


Il faut qu’on parle de Kévin – Résumé

À la veille de ses seize ans, Kevin Khatchadourian a tué sept de ses camarades de collège, un employé de la cafétéria et un professeur. Lors de ses visites à la prison pour mineurs où il purge sa peine, sa mère, Eva, s’interroge : pourquoi son fils est-il devenu un assassin ? Dans des lettres adressées au père dont elle est séparée, Eva retrace l’itinéraire meurtrier de leur fils.

Elle se souvient qu’elle avait eu du mal à sacrifier sa brillante carrière pour devenir mère. Qu’elle ne s’était jamais faite aux contraintes de la maternité. Que dès la naissance, elle se méfie de cet enfant difficile. Que l’arrivée de Celia, petite sœur fragile et affectueuse, n’a fait que creuser le fossé entre elle et Kevin. Qu’elle va passer des années à scruter les agissements de Kevin sans voir que son ambivalence envers lui n’a d’égale que la cruauté et la malveillance grandissantes de son rejeton.

Et quand le pire survient, Eva veut comprendre : qu’est-ce qui a poussé Kevin à commettre ce massacre ? Quelle est sa part de responsabilité ?


Auteur.
Taille du livre608 pages.
Note – ★★★★★
Il faut qu’on parle de Kévin, Lionel Shriver

Il faut qu’on parle de Kévin – Critique

Il faut qu’on parle de Kévin est un livre incontournable, de ces livres qui restent en mémoire longtemps. Son rythme est très bien pensé : mêlant une réflexion psychologique approfondie à un véritable thriller, il ne laisse aucun temps mort. Le lecteur sait, dès la quatrième de couverture, que Kévin Khatchadourian a commis un massacre. Néanmoins, à l’instar du reste du livre, la fin comporte suffisamment d’intérêt et de suspense pour être haletante et captivante.

L’ouvrage aborde une question fondamentale, qui a passionné philosophes et anonymes : l’homme est-il corrompu par la société ou naît-il en portant déjà en lui les germes du mal ? Kévin l’assassin est-il le produit de manquements éducatifs et affectifs ou est-ce un être intrinsèquement mauvais, voué dès l’enfance à un dramatique parcours de meurtrier ?

La réponse reste largement confiée au lecteur et Lionel Shriver ne cherche pas à faire de la psychologie de comptoir en stigmatisant la mère, le père ou le système.

A travers les lettres écrites par Eva Khatchadourian, on retrace la détresse d’une mère face à sa grossesse puis à cet enfant qui semble échapper à « la norme ». On raconte de manière factuelle l’évolution de Kévin, les facteurs qui ont pu influer sur son développement.

Eva s’efforce de comprendre l’absence apparente de sens moral de l’adolescent mais aussi ses propres failles, le fonctionnement de son couple ou encore l’équilibre fragile d’un rôle de maman entre ambitions personnelles et exigences de la maternité.

Kévin lui-même est d’une complexité stupéfiante : ce n’est pas un enfant cruel au sens traditionnel où l’on peut l’imaginer, accrochant des casseroles à la queue d’un chat ou volant des bonbons à la boulangerie. Sa déviance s’exprime dans des situations bien plus fines et malsaines, où il est toujours possible d’émettre un doute sur ses intentions réelles voire sur son implication.

Insidieusement, sa part sociopathique grandit sans pour autant qu’il n’y ait d’épisodes suffisamment terribles pour entraîner une réelle prise de conscience simultanée des deux parents et une intervention en bonne et due forme. De ce fait, ses méfaits réels ou confirmés ont un impact considérable sur la structure même de sa famille (relation entre les parents, naissance de sa petite sœur, etc).

La réflexion de fond, profonde, n’est pas pesante et moralisatrice car elle repose sur le récit romancé de la vie de Kévin : anecdotes, épisodes de son enfance, scènes de la vie familiale, autant de moments narratifs qui donnent à l’histoire un caractère poignant et juste, souligné par une écriture de qualité.

Le personnage d’Eva, qui dicte la progression de l’intrigue, se montre tour à tour sarcastique, touchant ou d’une froide honnêteté, ce qui installe un sentiment très riche. Ce n’est ni dur, ni atroce, ni bouleversant, ni intrigant, c’est tout cela à la fois, en proportions parfaitement dosées pour faire de ce livre un chef d’oeuvre !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Il faut qu’on parle de Kévin, Lionel Shriver

  • Valérie

    Il semblerai que le fait d’avoir lu ce livre et de l’avoir apprécié faisait de moi quelqu’un qui n’était pas ouverte d’esprit.
    Je l’ai très mal pris surtout que ça venait d’une soi-disant amie. Cela dit, même si je ne suis plus amie avec cette personne, ça ne m’a pas découragé pour écrire des chroniques sur mes lectures. Je ne suis pas spécialiste mais j’aime bien dire ce que j’ai pensé d’une lecture et le partager sur mon groupe de lecture et ma page de lecture.
    Aimer un livre, c’est un choix très personnel, je trouve. Écrire une chronique et la poster, c’est un partage. On donne un peu de soi dans ce qu’on écrit. Me faire attaquer sur un avis de lecture, c’est difficile à encaisser surtout que je n’avais pas de problème avec cette personne. Enfin, c’est une vieille histoire.

    Répondre à Valérie
    • Serial Lectrice

      Un peu étonnant, effectivement, surtout que ce n’est pas un livre confidentiel ou controversé comme on peut en lire parfois… C’est dommage de juger quelqu’un sur la base de ses lectures, surtout qu’il y a souvent des livres qu’on aborde par curiosité intellectuelle sans forcément qu’ils nous représentent.

      Répondre à Serial
  • Valérie

    Quelle magnifique chronique. Un livre qui m’avait beaucoup plu et qui m’avait marqué par son histoire mais aussi parce qu’il a suscité pas mal de méchanceté vis-à-vis de mon avis. Forcément, ça laisse des traces. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ta super chronique si bien écrite. Val.

    Répondre à Valérie
    • Serial Lectrice

      Merci Valérie ! Pourquoi donc de la méchanceté ? Ton commentaire m’intrigue !

      Répondre à Serial
  • Brize

    Une lecture qui m’avait moi aussi marquée !

    Répondre à Brize
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.