Le cuisinier, Martin Suter


Le cuisinier – Résumé

Licencié du restaurant où il cuisine, Maravan, jeune réfugié tamoul, lance sa propre entreprise, Love Food.

Son principe : servir des dîners aphrodisiaques à domicile.

Le succès est immédiat, tous les couples en mal de désir se précipitent chez le maître des préparations moléculaires.

Mais jour après jour, ses repas érotiques attirent une faune plus étrange…


Auteur.
Taille du livre343 pages.
Note – ★★★★☆
Le cuisinier, Martin Suter

Le cuisinier – Critique

Aujourd’hui, on passe à table… ou à la casserole, si l’on en croit la quatrième de couverture ;) Aux fourneaux, Martin Suter, un écrivain suisse allemand qui a été l’une de mes belles découvertes lecture récentes.

Un livre ayant pour thématique principale la cuisine, où l’élaboration soigneuse et méthodique de recettes aphrodisiaques constitue l’ingrédient principal de l’intrigue est un pari audacieux. Comment savoir si l’on s’adresse à de fins gastronomes ou à des adeptes du jambon-coquillettes ? Martin Suter réussit pourtant avec facilité à entraîner son lecteur dans ce monde de saveurs venues d’ailleurs sans que rien ne paraisse trop compliqué pour un parfait débutant.

Le héros, Maravan, a fui le Sri Lanka en proie à la guerre civile et s’est réfugié en Suisse. Sa situation reflète toute la complexité à laquelle sont confrontés les réfugiés : devoir survivre et assurer sa subsistance tout en s’efforçant de respecter ses traditions et ses valeurs morales, qui peuvent être très éloignées de celles de son pays d’accueil.

Le jeune homme, dans cet équilibre périlleux entre ses racines et cette entreprise qu’il n’a pas créé seul et dont il n’assume pas entièrement la mission, s’avère très touchant. Il nous amène à interroger nos propres traditions, notre rapport à l’argent et à la sexualité.

Tout le livre est traversé par un rapport de force très riche entre tradition et modernité : il s’exprime notamment à travers le personnage d’Andrea, la « femme libérée » qui a aidé Maravan à lancer Love Food… mais aussi à travers Nangay, la grande-tante de Maravan qui représente à la fois ses racines ancestrales tout en lui ayant transmis la passion d’une cuisine moléculaire innovante.

Le conflit politique au Sri Lanka présent en toile de fond contribue également à donner de la profondeur à l’histoire sans que l’on dévie vers le roman historique. Les Tigres Tamouls, ainsi que des businessmen peu scrupuleux, laissent planer leur menace tout au long de l’ouvrage et rappellent la fragilité du projet de Maravan.

Les recherches mises en œuvre par l’auteur pour livrer un ouvrage d’une précision à couper le souffle sont remarquables. La description même des préparations culinaires est si fine, si élégante dans son vocabulaire et dans son rythme que le lecteur parvient à en saisir tout l’érotisme. L’intrigue secondaire en lien avec un trafic d’armes paraît néanmoins un peu faible.

En résumé, Le cuisinier de Martin Suter est un livre délicieux que l’on dévore sans retenue (en filant avec joie toutes les métaphores gastronomiques qui s’imposent). Et vous retrouverez même en fin d’ouvrage des versions simplifiées des recettes de l’entreprise Love Food, pour prolonger l’extase jusque dans votre assiette !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.