Le patient anglais, Anthony Minghella : romance entre guerre et désert


Le patient anglais – Résumé

En 1945, la Seconde Guerre Mondiale vit ses derniers instants. Hana, une jeune infirmière profondément traumatisée par le conflit, décide de trouver refuge dans un monastère abandonné au cœur de la Toscane. Elle emmène avec elle l’un de ses patients, un homme amnésique, gravement brûlé dans un accident d’avion.

Ne subsiste pour seule trace de son passé qu’un livre d’Hérodote contenant quelques lettres et des esquisses reproduisant les peintures d’une grotte. Jusqu’au jour où un homme arrive au monastère, prétendant connaître l’identité du malade.

David Caravaggio, c’est son nom, va peu à peu pousser le « patient anglais » à se remémorer son passé : l’histoire dramatique d’un amour impossible et d’une terrible destinée.


RéalisateurAnthony Minghella.
Durée du film minutes.
Note – ★★★★☆
Le patient anglais, Anthony Minghella

Le patient anglais – Critique

Gros coup de cœur. Pas d’autre mot pour décrire ce magnifique film qu’est Le Patient anglais.

Le film est porté par le duo magique que forment à l’écran Ralph Fiennes dans le rôle du malade gravement brûlé, retenu à la vie par un fil ténu, et Juliette Binoche, superbe de fraîcheur et de justesse dans le rôle de la jeune infirmière Hana. Tous deux victimes, à leur manière, des horreurs de la guerre, se trouvent réunis dans un même monastère abandonné en plein cœur de l’Italie.

L’histoire du patient anglais est racontée sous forme de flashbacks, parcelles de mémoire qui lui reviennent, baignées d’un éclairage très particulier et très chaud : celui d’un désert brûlé par le soleil, où le « patient anglais » alors en pleine santé cartographiait la région saharienne.

Les paysages sont à couper le souffle, nourris par une musique brillamment choisie, véritable invitation à l’évasion. On se projette dans l’animation bruyante des souks du Caire, l’atmosphère tranquille et puissante du désert et il faut saluer cette partition de toute beauté, qui a d’ailleurs valu un Oscar à Gabriel Yared.

Le patient anglais est l’histoire d’une double romance : celle vécue par le malade amnésique avant son accident, avec une femme mariée (Kristin Scott Thomas) ; et l’attirance que ressent Hana pour un démineur Sikh ayant élu domicile dans le monastère.

La première est une passion brûlante, dévorante, obsessionnelle, érotique. La seconde est pleine d’une tendresse pudique mais reste peu développée dans le film (contrairement au livre qui a inspiré le scénario). La qualité de cette intrigue romantique masque quelques faiblesses du scénario : par exemple, le lien exact entre Caravaggio (Willem Dafoe) et le patient anglais reste relativement flou…

Le patient anglais, Anthony Minghella
Kristin Scott Thomas et Ralph Fiennes – Le Patient anglais

Le film se révèle d’autant plus profond que les personnages ne sont pas parfaitement attendrissants ou parfaitement sympathiques, comme c’est parfois le cas. Le patient anglais, défiguré et affaibli, paraît touchant et attachant… mais l’homme qu’il était avant l’accident n’est pas si agréable et cache une part d’ombre qu’on pourra trouver détestable.

Le spectateur est sans cesse saisi par cette ambiguïté, que Fiennes restitue avec brio dans son interprétation.

Ceux qui connaissent le livre de Michael Ondaatje seront peut-être déçus par le parti pris scénaristique qui met l’accent sur le duo Fiennes/Scott Thomas plus que sur une exploration poétique et psychologique des autres personnages. De même, le rythme lent de l’histoire pourra rebuter. Mais à mes yeux, ces choix ne remettent pas en cause la qualité du film. La complexité du roman d’origine ne pouvait être restituée à l’écran sans choix radicaux de la part du réalisateur.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Le patient anglais, Anthony Minghella : romance entre guerre et désert

  • Nadine

    J’ai tellement aimé ce film que je ne me lasserais jamais de le regarder. Deux acteurs que j’adore! <3

    Répondre à Nadine
    • Serial Lectrice

      Je confirme, je l’ai revu plusieurs fois depuis la publication de cette critique… Ralph Fiennes est un acteur qui ne cesse de me surprendre d’un film à l’autre, il a cette faculté à s’approprier un personnage si intégralement qu’on oublie tous les autres rôles qu’il a pu jouer !

      Répondre à Serial
  • Madeinamandine

    j’ai adoré aussi ce film, Ralph Fiennes est poignant et magnétique (et très érotique, me souffle ma groupie intérieure) et Kristin Scott-Thomas n’est pas en reste, elle est sublime ! Mon mari n’a jamais voulu le voir avec moi, alors qu’il aime les films romantiques, mais il a été rebuté par la longueur, quel dommage !

    Répondre à Madeinamandine
    • Serial Lectrice

      Fais-lui croire qu’ils l’ont réédité en version courte ha ha ;) Une fois embarqué dans l’histoire, il ne s’apercevra de rien ^^

      Répondre à Serial
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.