Le patient anglais, Michael Ondaatje : le livre qui a inspiré le film


Le patient anglais – Résumé

Quelque part en Italie, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans une villa transformée en hôpital militaire.

Hana, une jeune infirmière, veille sur son unique patient : un aviateur anglais atrocement brûlé lors d’un accident d’avion dans le Sahara.

Deux hommes font irruption dans la villa éventrée par les obus, et chacun tour à tour doit dévoiler son secret.

Le plus énigmatique reste celui de ce patient anglais, ivre de morphine, amoureux du désert, qui raconte dans les marges des livres ses propres histoires chimériques.


Auteur.
Taille du livre320 pages.
Note – ★★★★☆
Le patient anglais, Michael Ondaatje

Le patient anglais – Critique

« Le problème avec le cinéma, c’est l’argent, mais aussi le nombre de gens qui travaillent avec vous.
Cent, deux cents parfois.
Tandis qu’un livre, c’est un carnet, un stylo, la liberté »
(Michael Ondaatje)

Aujourd’hui, je vous présente le livre qui a inspiré le film « Le patient anglais ». Un livre qui offre à vrai dire une vision très différente de l’histoire.

Si vous avez vu le film d’Anthony Minghella, oubliez tout ou presque en abordant ce livre. L’œuvre de Michel Ondaatje est bien différente. Moins hollywoodienne, plus complexe, moins accessible mais aussi plus profonde.

Le film choisissait d’insister sur la passion fougueuse vécue jadis par le « patient anglais », homme brûlé au point d’être méconnaissable, avec une femme mariée. Dans le livre, cette histoire d’amour n’est racontée qu’à partir de la moitié du roman. L’intrigue s’articule toute entière autour de cette villa dévastée par la guerre où plusieurs personnages brisés par leurs expériences se retrouvent.

Au centre, le patient anglais, la peau noircie par le feu et le corps douloureux qu’il fait taire à grand renfort d’injections de morphine. Autour de lui, son infirmière Hana ; le sapeur-démineur Kip, d’origine indienne ; David Caravaggio, ancien voleur aux mains mutilées qui était jadis un ami de la famille d’Hana.

Michael Ondaatje s’attache à étudier la psychologie de chacun d’entre eux : leur passé, les tragédies qui les ont affectés, les leçons qu’ils en ont tirées, l’impact de la guerre sur leur personnalité. Le texte est très beau, les descriptions très profondes et riches en références culturelles qu’il faudrait plusieurs lectures pour analyser. Le patient anglais évoque sa découverte de la sensualité, la sagesse que lui a enseigné le désert.

Contrairement au film, où il apparaît comme un traître à son camp, le livre nous montre à quel point l’homme s’est dégagé de toute notion d’appartenance nationale. Dans le désert, dont Ondaatje nous livre de somptueuses descriptions, il a déterminé que le « nom », élément primaire de l’identité, n’avait finalement pas tant d’importance. Je dois l’avouer, je suis tombée amoureuse de ce personnage érudit et plein de bon sens.

Boulimique de lecture, terrible adepte de la « lecture en diagonale » qui me permet de dévorer les romans si vite, je n’ai pu m’empêcher cette fois-ci de suivre les recommandations du patient anglais lui-même. Lire lentement. Laisser les mots nous imprégner, les leçons de vie faire leur chemin. A Hana qui lui lit Kipling à un rythme effréné, il explique :

Lis-le lentement, mon enfant, tu dois lire Kipling lentement. Regarde attentivement où se trouvent les virgules afin de pouvoir identifier les pauses naturelles. C’est un auteur qui a utilisé une plume et de l’encre. Il levait souvent les yeux de la page, je crois, regardant par la fenêtre et écoutant les oiseaux, comme le font la plupart des écrivains qui sont seuls. Si certains ne connaissent pas le nom des oiseaux, lui le savait. Ton œil est trop rapide et nord-américain. Pense à la vitesse de sa plume. Quel premier paragraphe affligeant et ardu est-ce sinon !

C’est un livre dense, peuplé de références culturelles et historiques, dont le rythme lent et chargé en citations peut rebuter certains lecteurs. Je l’ai pour ma part trouvé stimulant, même si je reconnais qu’il faudrait une deuxième lecture pour le cerner un peu mieux !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.