Le tueur de l’ombre, Claire Favan


Il y a 2 semaines, j’ai évoqué le premier roman de Claire Favan, Le tueur intime. J’ai dévoré la suite, Le tueur de l’ombre. Elle m’a permis d’affiner mon regard sur l’écriture de Claire Favan, qui confirme sa place de jeune auteur à suivre !

Petite mise en garde préliminaire : si vous n’avez pas lu Le tueur intime, je vous conseille de commencer par là avant de lire cette critique car le résumé révèle des éléments que vous n’avez pas forcément envie de connaître si vous n’avez pas lu le premier tome.

Le tueur de l’ombre – Résumé

Will Edwards, tueur en série de la pire espèce, parvient à s’évader, grâce à un mystérieux complice.

RJ Scanlon, profiler et chef d’une équipe d’enquêteurs du FBI qui l’avait lui-même mis sous les verrous, part à nouveau sur les traces de son ennemi le plus intime. Intime au point que cette évasion perturbe le couple que l’enquêteur forme désormais avec Samantha, qui n’est rien moins que… l’ex-épouse du criminel qu’elle a livré à la police.

Nul doute que Will Edwards veut sa vengeance. Inexplicablement, cependant, l’assassin reste inactif et les mois s’écoulent. RJ Scanlon est dans l’impasse. Mais, lorsque les meurtres reprennent, plus cruels que jamais, Edwards frappe au plus juste avec une telle évidence que le doute s’installe. De subtiles variations dans la signature du dément sont perceptibles.

Ont-ils affaire à un imitateur ? Non, bien pire.


Auteur.
Taille du livre550 pages.
Note – ★★★★☆
Le tueur de l’ombre, Claire Favan

Le tueur de l’ombre – Critique

Le tueur de l’ombre mobilise les mêmes personnages principaux que Le tueur intime auxquels viennent s’ajouter de nouveaux enquêteurs dont l’attachant et brillant Miles. Une fois encore, j’ai dévoré ce livre avec l’impatience brûlante de connaître le destin du serial killer Will Edwards dont Claire Favan a fait son sujet d’étude. A la fin du premier tome, RJ Scanlon apprenait l’évasion spectaculaire du tueur lors d’un transfert depuis la prison. C’est ici que reprend l’histoire.

Après une période d’inactivité apparente, dont les causes se révèlent aussi surprenantes que difficiles à croire, Will Edwards reprend du service. Mais ses meurtres semblent étrangement avoir franchi un nouveau palier dans la violence, avec des mises en scène encore plus sanglantes que ce dont il avait l’habitude. Cet élément met aussitôt la puce à l’oreille des enquêteurs mais comme toujours, les indices récoltés sur les scènes de crime sont pour ainsi dire inexistants.

La vérité est surprenante, je n’ai pas pu m’empêcher de lâcher un “Bien joué !” en découvrant tous les ressorts déployés par Claire Favan pour égarer son lecteur. Car c’est là qu’elle excelle. On le pressentait déjà dans le premier roman, Le tueur de l’ombre le confirme : Claire Favan possède une compréhension et une capacité d’analyse extrêmement fine de la psychologie des tueurs en série… et de ses personnages en général. C’est clairement sa marque de fabrique, ce qui m’a tenue en haleine au-delà de l’intrigue elle-même.

On retrouve en revanche dans ce livre les mêmes défauts que j’avais trouvés au premier tome : une violence très présente et souvent un peu trop répétitive, qui ne sert pas toujours l’histoire. Choquer pour choquer n’a jamais présenté beaucoup d’intérêt à mes yeux. De même, les enquêteurs du FBI conservent leur image de “super-justiciers” à l’intelligence remarquable et aux déductions affûtées, quelles que soient les épreuves personnelles qu’ils traversent. L’intervention de Miles, l’enquêteur qui vient seconder RJ Scanlon, permet néanmoins de nuancer ce point, RJ révélant ses faiblesses…

J’ai failli mettre 3 étoiles à ce livre pour cette raison car comme le remarquait Brize, une de mes lectrices, dans un commentaire, c’est lassant de voir les auteurs de polars se précipiter systématiquement sur le gore et l’image choc comme des journalistes de presse à scandales (vous savez, les gros titres du style “Une pauvre femme sauvagement assassinée chez elle”). Mais Claire Favan a malgré tout un petit quelque chose en plus, un talent que l’on sent bien là sous ce vernis de sang.

A mes yeux, elle confirme donc son statut d’auteur à suivre de près. Elle a sorti début 2014 un nouveau roman, Apnée Noire. Vous l’aurez compris, je crois que je ne pourrai pas résister longtemps à la tentation de vous en faire une critique.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.