Mes conversations avec les tueurs, Stéphane Bourgoin


Mes conversations avec les tueurs – Résumé

Depuis une trentaine d’années, Stéphane Bourgoin sillonne le monde pour interroger des serial killers.

Plus de soixante-dix rencontres au total avec des condamnés ayant commis les pires atrocités.

Mais qu’apprend-on en discutant avec un tueur en série ? Que ressent-on face à ces hommes ?

Dans ce livre, Stéphane Bourgoin nous présente non seulement quelques-uns des serial killers qu’il a rencontrés mais lève aussi le voile sur l’envers du décor : ce que l’on éprouve, la manière dont s’organisent de tels face à face…

Un témoignage peu commun !


Auteur.
Taille du livre208 pages.
Note – ★★★★☆
Mes conversations avec les tueurs, Stéphane Bourgoin

Mes conversations avec les tueurs – Critique

Avant de parler de ce livre, je voudrais répondre à une question que Stéphane Bourgoin n’évoque pas dans l’histoire : pourquoi décide-t-on un beau matin d’aller questionner des serial killers ? Je fais partie de ceux qui se posent beaucoup de questions sur ces meurtriers : qu’est-ce qui les conduit à commettre de tels actes ? Sont-ils capables d’éprouver des remords ? Peut-on les détecter et les empêcher d’agir ? Stéphane Bourgoin s’est aussi posé ce genre de questions mais s’il a franchi le pas d’aller rencontrer des tueurs en série, c’est parce que sa propre compagne a été victime de l’un d’entre eux.

Il vivait alors aux États-Unis où il travaillait pour de petits producteurs de cinéma. Le rêve américain, en somme… Mais un jour, dans les années 70, on a retrouvé sa compagne Eileen, 24 ans, violée et découpée en morceaux.

Le meurtrier s’est avéré être un tueur en série, qui s’en était pris à une dizaine d’autres femmes. Un choc tellement violent pour Stéphane Bourgoin qu’il a alors cherché à comprendre en parcourant des livres sur le sujet. Mais à l’époque, la littérature relative aux serial killers était bien peu développée et c’est comme ça qu’il a décidé d’aller lui-même interroger des tueurs en série.

Depuis cette période, il sillonne le monde entier pour les rencontrer, les questionner sur leur parcours et leurs crimes. Il interroge aussi tous ceux qui travaillent sur les enquêtes pour tenter de cerner la psychologie de ces meurtriers. Il a ainsi questionné plus de 70 tueurs, a enseigné au Centre national de formation de police judiciaire et fondé une association, Victimes en série. Il tient également une librairie parisienne spécialisée en criminologie et romans policiers, Au Troisième Œil.

Le livre Mes conversations avec les tueurs est plus personnel que d’autres ouvrages écrits par Stéphane Bourgoin. Il ne se contente pas d’y présenter des tueurs, il partage aussi des photos de ces hommes et de ces rencontres, et décrit comment il a vécu chacune d’entre elles.

Stéphane Bourgoin devant la prison de Sing Sing (Etat de New York)
Stéphane Bourgoin devant la prison de Sing Sing (Etat de New York)

Il commence par nous donner une définition du serial killer : “Ce qui compte pour lui, ce n’est pas tant l’acte de tuer, mais la dégradation, l’humiliation, la terreur et le contrôle qu’il exerce sur la victime”, explique par exemple l’auteur. Son approche ne sonne pas “professorale” mais se joue davantage sur le terrain de la compréhension, sans vouloir à tout prix généraliser ce qui ne peut pas toujours l’être.

Stéphane Bourgoin nous présente ensuite plusieurs tueurs qu’il a rencontrés, une collection qui ressemble à un étrange musée des horreurs :

  • Tommy Lynn Sells, le “Coast to Coast Killer” – Il a sillonné les Etats-Unis d’une côte à l’autre (d’où son surnom), massacrant des familles entières avec un mode opératoire qui changeait sans cesse.
  • Donald Harvey, “l’Ange de la Mort” – Condamné pour 37 meurtres, soupçonné d’en avoir commis jusqu’à 70 alors qu’il exerçait comme infirmier dans différents établissements de soin.
  • Joseph Baldi – Ce rôdeur s’introduisait chez de jeunes femmes et les tuait en leur tailladant le corps. 10 attaques, 4 décès.
  • Dean Arnold Corll, “The Candy Man” – Avec l’aide de deux complices, il a assassiné après les avoir torturés pas moins de 27 adolescents.
  • Gerard Schaefer, que Bourgoin qualifie de “pervers absolu” – Il décrit l’homme comme l’incarnation du “Mal absolu”, “un cas unique de cumul des pires perversions et paraphilies”. Il pourrait avoir été impliqué dans la mort d’une centaine de personnes.
  • Danny Rolling, « L’Éventreur de Gainesville » – Huit meurtres avoués, la plupart sur des étudiantes violées, mutilées et assassinées.
  • Rod Ferrell, adepte du vampirisme et auteur d’un double meurtre.
  • Brian Kevin Rosenfeld, aide-soignant en maison de retraite médicalisée, condamné pour 3 meurtres mais impliqué dans plusieurs dizaines de décès suspects.

A chaque fois, Stéphane Bourgoin nous présente leur parcours : ce qu’on sait de leur enfance, de leurs crimes, des circonstances de leur arrestation… Il nous explique ensuite ce que les tueurs eux-mêmes disent de leurs meurtres tout en racontant ce qu’il a éprouvé en tant qu’interviewer face à eux. J’ai aimé son approche car elle m’a semblé profondément ouverte d’esprit, comme s’il abordait ces hommes sans jugement pour recevoir de leur part des confessions franches. D’ailleurs, certains tueurs avaient refusé tous les entretiens avec des journalistes jusqu’à ce que Stéphane Bourgoin les contacte.

Pour tout passionné de psychologie, c’est une plongée certes terrifiante mais aussi très informative sur l’esprit de ces serial killers. Ça reste une approche assez “descriptive”, Stéphane Bourgoin ne cherchant pas à analyser en profondeur chaque cas. L’écriture est fluide, accessible et l’on se laisse sans peine entraîner jusqu’au bout de ces 208 pages, avec l’envie d’approfondir ensuite le sujet !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Mes conversations avec les tueurs, Stéphane Bourgoin

  • Chlo Plume

    Ça me fait un peu penser aux ouvrages de Pierre Bellemare, qui parle de plusieurs histoires criminelles dans ses livres …

    Répondre à Chlo
    • Serial Lectrice

      Je n’ai pas encore lu Pierre Bellemare donc je ne peux pas comparer… mais si tu as un livre en particulier à conseiller pour se plonger dans ses écrits, n’hésite pas !

      Répondre à Serial
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.