Revival, Stephen King : il y a de l’électricité dans l’air !


Revival – Résumé

La petite ville d’Harlow, dans le Maine, pouvait difficilement imaginer pasteur plus apprécié que le jeune Révérend Charles Jacobs, fraîchement arrivé dans la paroisse. Dynamique, charismatique, l’homme remporte vite tous les suffrages auprès de ses fidèles.

Jamie Morton, un enfant du coin, s’attache vite à lui et le Révérend partage avec lui son plus grand secret : une passion dévorante pour l’électricité.

Mais où se situe la frontière entre passion et obsession ? L’électricité n’est-elle pour Jacobs qu’un passe-temps comme un autre ? Pas si sûr…

Quand Jamie recroise la route du pasteur trente ans plus tard, ce dernier a bien changé.


Auteur.
Taille du livre448 pages.
Note – ★★★☆☆
Revival, Stephen King

Revival – Critique

Réunir l’électricité et la religion avait de quoi produire un mélange explosif… et Stephen King ne recule devant rien lorsqu’il nous immerge dans l’histoire de Jamie Morton et de Charles Jacobs. L’immersion et l’électricité forment un cocktail dangereux et « Revival » n’échappe pas à la règle ;)

Le héros, Jamie Morton, n’est qu’un enfant lorsqu’il fait la connaissance du nouveau pasteur de sa ville. Et il est drôlement cool, le révérend Jacobs ! Il est jeune, intéressant dans ses sermons (non, on ne ronfle pas dans son église), il fait enfin de la catéchèse un moment de convivialité et non une corvée pour les ados… bref, tout le monde l’apprécie ! A ses heures perdues, il bricole et bidouille des gadgets électriques.

Car l’électricité est pour lui une source de fascination indicible. Sa puissance semble séduire Charles Jacobs presque autant que Dieu lui-même et il est convaincu que l’électricité peut guérir des maux qu’aucun médicament ne parvient à soigner. C’est un secret qu’il partage avec Jamie et l’enfant reste mi-captivé, mi-inquiet de ce qu’il découvre au fil du temps.

Mais dans le monde de Stephen King, aucun secret ne vient sans une terrible contrepartie. Un drame secoue Harlow, suivi d’un « Terrible Sermon »… et Jamie perd de vue le révérend. Lorsqu’il le retrouve, Jacobs pratique une forme très particulière de « revival ». Un « revival », dans la religion chrétienne, est le fait de retrouver foi en Dieu après une période de doute… Les « revivals » sont parfois menés en public, avec un prédicateur incitant des athées à se convertir. Et Jacobs a une manière très… électrique de fasciner les foules ! Mais cherche-t-il vraiment à les ramener à Dieu ou a-t-il d’autres ambitions qui confinent autant à la folie qu’au fanatisme ?

Eclair pendant un orage

L’intrigue de « Revival » se déplie peu à peu de page en page, avec un rythme plus lent que d’autres romans de Stephen King. On arpente les Eglises et les foires, avec quelques références au roman Joyland au passage. On suit les pas de Jamie, devenu guitariste professionnel, et les grands rêves de Jacobs, devenu… Muahaha, vous ne croyiez quand même pas que j’allais tout vous raconter ?

Quel est donc mon avis sur Revival ? Il est mitigé, à vrai dire. L’intrigue m’a séduite pendant une bonne partie du roman… et subitement, j’ai eu l’impression de me retrouver dans une histoire de Bernard Werber qui aurait accouché d’un livre avec Mary Shelley (l’auteur de Frankenstein). Bref, ça vire au fantastique façon science-fiction de l’au-delà (oui, tout ça en même temps).

D’habitude, je suis volontiers Stephen King dans ses accès de folie fantastiques parce que je les trouve diablement bons mais là, c’était « un peu trop pour moi », comme dirait la pub Kinder Bueno. Trop déconnecté de la réalité pour me faire peur ou créer une véritable tension, trop surréaliste pour que j’arrive à me laisser séduire par l’univers auquel les petites expériences de Charles Jacobs nous donnent accès.

J’ai aimé les personnages, leur histoire, leurs tragédies, King garde son talent pour construire un univers dans lequel on s’évade facilement tant il est riche et bien décrit. Mais ce « Revival », fraîchement sorti en version française à la fin du mois de septembre, ne m’a pas assez « foudroyée » pour me convaincre.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “Revival, Stephen King : il y a de l’électricité dans l’air !

  • Ludo

    J’ai pensé à toi lorsqu’il est sorti ! Dommage que tu n’ai pas aimé :(

    Répondre à Ludo
    • Serial Lectrice

      Tu l’as lu ?

      Répondre à Serial
    • Ludo

      Non, je n’aime pas Stephen King quand il part en vrille comme cela…
      J’aime bien quand il fait du fantastique mais qui ne devient pas complètement « ouf » non plus :)

      Répondre à Ludo
    • Serial Lectrice

      Alors je ne pense pas que celui-ci te plaira, la dernière partie est vraiment tirée par les cheveux :) Mais je sais qu’il y a des amateurs, c’est ce qui est top avec la lecture, il y a toujours des gens qui trouvent leur compte dans tel ou tel type d’histoire.

      Répondre à Serial
    • Ludo

      C’est sûr, c’est ce qui fait le charme de la lecture ^^
      je me souviendrais longtemps de Phobos, tout le monde aimait, il n’y avais que des chroniques positive et… Et bien moi j’ai pas du tout aimé et je l’ai descendu, tout le monde était super étonné ^^

      Répondre à Ludo
    • Serial Lectrice

      Je ne l’ai pas lu, ce n’est pas le style de roman qui m’attire à première vue… mais ce genre de ressenti m’arrive souvent. Je pense que certaines histoires trouvent une résonance toute particulière dans notre vécu ou nos émotions, ce ne sera pas le cas pour tout le monde (et vice versa) !

      Répondre à Serial
    • Ludo

      Exactement, chacun imagine et se représente les choses différemment et c’est ce qui fait que l’on estpas toujours d’accord !

      Répondre à Ludo
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.