Rush, Ron Howard : la rivalité entre deux hommes de talent


Rush – Résumé

Dans les années 70, deux jeunes pilotes quittent le monde de la Formule 3 pour celui de la Formule 1 : l’Autrichien Niki Lauda (Daniel Brühl) et le Britannique James Hunt (Chris Hemsworth). Deux personnalités bien différentes mais mues par la même ambition : celle de devenir Champion du Monde.

La rivalité paraissait inévitable… mais comment a-t-elle pris naissance, évolué au gré des réussites et des échecs de chacun ? Et surtout, jusqu’où pousser la compétition lorsque la mort guette les pilotes à chaque tournant d’une course ? Ce « combat des chefs » n’est-il qu’une façade masquant des sentiments plus complexes ?

Des questions auxquelles les deux hommes vont devoir répondre dans une quête de réussite où le danger est omniprésent.


RéalisateurRon Howard.
Durée du film minutes.
Note – ★★★★☆
Rush de Ron Howard - Chris Hemsworth

Rush – Critique

Je m’abstiendrai de juger le film Rush de Ron Howard sur son adéquation avec la relation réelle entre Niki Lauda et James Hunt car je n’ai pas l’expertise nécessaire en matière de Formule 1 pour porter un jugement sur la portée historique du film. Parlons plutôt de Rush en tant qu’œuvre cinématographique.

Avant de voir le film, j’ai beaucoup entendu parler d’un « film de voitures ». Imaginer deux heures à contempler des voitures de course qui tournent en rond sur des circuits aurait de quoi décourager… mais heureusement, Rush est bien plus qu’un « film de voitures ». C’est un film qui fait profondément réfléchir sur le succès et sur l’impact de la personnalité sur la réussite professionnelle. En effet, les deux héros présentent des caractères bien différents.

Hunt brûle la vie par les deux bouts, ne se refusant rien tant qu’il y trouve du plaisir. Des femmes par dizaines, de l’alcool sans modération, une hygiène de vie guère raisonnable et une conviction : la vitesse est la seule chose qui prime pour remporter une course. Niki Lauda est plus discret, plus introverti et possède un esprit très analytique et une approche très rationnelle de son métier. Une course se gagne après l’étude méthodique de tous les paramètres de la situation et la configuration technique parfaite de la voiture. Il n’accorde que peu de place au plaisir et s’impose un rythme de vie strict.

Deux personnalités, deux ascensions vers le succès, preuve s’il en est qu’il existe plus d’une manière d’arriver au sommet. On remarque cependant que l’influence est du côté de celui qui parle le plus fort. James Hunt, malgré sa réputation de mauvais garçon, est populaire et apprécié. Il n’a guère de mal à convaincre les autres de se ranger derrière lui là où Lauda, plus effacé, reste beaucoup plus isolé dans ses choix. Une réalité lourde de conséquences…

Rush de Ron Howard - Chris Hemsworth

Le jeu d’acteur de Chris Hemsworth et de Daniel Brühl est brillant, le second livrant une performance admirable dans un rôle complexe (l’expression de l’introversion paraissant toujours bien plus difficile que celle de l’extraversion). Les partis pris autour du personnage de James Hunt m’ont paru plus discutables : Chris Hemsworth est au sommet de sa popularité et représente un atout marketing indéniable pour le film. On nous montre donc Chris Hemsworth nu, Chris Hemsworth faisant l’amour à une multitude de femmes, le torse de Chris Hemsworth… Un appel du pied au public féminin ? Il est certain que les fans de l’acteur apprécieront mais certaines scènes du genre n’étaient pas vraiment nécessaires pour comprendre que James Hunt était un séducteur.

La cinématographie est très belle, les plans de course particulièrement réussis. Ils ne sont pas si nombreux qu’on pourrait s’y attendre : un choix qui décevra peut-être les fans de Formule 1 mais qui permet d’attacher davantage d’importance à la dimension psychologique de l’intrigue, ce qui est appréciable et évite à Rush de tomber dans la banalité d’un « film de gros muscles et de gros moteurs ». Cela tient à l’écriture même du scénario par Peter Morgan : il a écrit Rush sans savoir si le film obtiendrait ou non des financements et a donc limité les plans de Formule 1, coûteux, préférant orienter l’intrigue sur la relation entre les deux héros dans l’hypothèse où il s’agirait d’un film à petit budget.

Le résultat final va bien au-delà d’un simple film d’action et de rivalité. Rush de Ron Howard est l’histoire d’une compétition pleine de respect mutuel, avec ses moments durs et ses moments où l’on sent poindre l’amitié. Très beau film !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Rush, Ron Howard : la rivalité entre deux hommes de talent

  • San

    CE FILM EST TROP BIEEEEEEEN !!!! (oui oui ce commentaire n’est pas du tout constructif)

    Répondre à San
    • Serial Lectrice

      Non mais sérieusement, TOUS les gens que je connais qui ont vu Rush ont adoré… J’ai l’impression que pas mal de personnes sont passées à côté à cause de l’univers sport/voitures alors que ça va tellement au-delà de ça !

      Répondre à Serial
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.