Wealth Can’t Wait, un mode d’emploi pour devenir riche ?


Wealth Can’t Wait – Résumé

Un livre pour acquérir les bons réflexes afin de mieux gérer son patrimoine personnel et de le faire grandir ? Un livre pour découvrir les piliers qui permettent de constituer ou de développer son aisance financière ?

C’est en tout cas la promesse que font David Osborn et Paul Morris avec Wealth Can’t Wait, véritable traité sur l’art de devenir riche.

Plus qu’un mode d’emploi, ce livre vous propose de travailler sur l’état d’esprit et les attitudes indispensables pour faire les bons choix financiers, bien évaluer sa prise de risque et éviter les chausse-trappes qui vous guettent sur le chemin de la réussite économique.


Auteur.
Taille du livre258 pages.
Note – ★☆☆☆☆
Wealth Can't Wait de David Osborn et Paul Morris

Wealth Can’t Wait – Critique

Ce livre a surgi dans les suggestions de lecture d’un quelconque site que je consultais… et les avis semblaient plutôt alléchants, sans compter le succès remporté par l’ouvrage : best-seller sur les listes du New York Times, du Wall Street Journal et de USA Today, voilà qui laissait présager d’un livre instructif. Je me suis donc plongée dedans avec curiosité !

Devenir riche n’est pas du tout un objectif de vie en ce qui me concerne. En revanche, j’attache de l’importance au travail… et au fait de trouver un sens à ce que l’on fait. Trop de gens s’épuisent à la tâche sans rien avoir au bout : pas d’aisance, peu d’épanouissement personnel, une fatigue tant physique que mentale.

Comment, à partir de sa situation – quelle qu’elle soit – peut-on construire un patrimoine et acquérir une certaine aisance financière pour la mettre au service de ses envies ?

Y a-t-il un état d’esprit propre à ces gens qui ont l’air de savoir parfaitement comment investir et s’enrichir ? Quels sont les risques à éviter… et faut-il justement rechercher à tout prix des méthodes “sans risque” ?

Dans le livre Wealth Can’t Wait, les deux auteurs – entrepreneurs à succès – défendent un message simple : il existe un véritable état d’esprit de la gestion de patrimoine. Il implique de faire des choix, d’adopter des habitudes et de gérer sa vie d’une manière différente de ce que font la plupart des gens.

Wealth Can't Wait de David Osborn et Paul Morris
Wealth Can’t Wait de David Osborn et Paul Morris

Les conseils donnés m’ont semblé particulièrement motivants et assez justes d’un point de vue strictement “business”. Par exemple, les deux auteurs rappellent que lorsque l’on veut se lancer dans un business et que celui-ci semble dénué de tout risque, ce n’est généralement pas bon signe… car si le ticket d’entrée est bas, ça signifie que tout le monde va se ruer sur ce créneau.

Ils incitent également chacun à réfléchir à ce qui compte vraiment pour lui au-delà de l’argent, un conseil que m’a déjà donné un entrepreneur français en me disant : “Tu auras beau avoir un super job, une super vie de couple, une super situation financière, si tes “envies essentielles” ne sont pas satisfaites, tu ne seras pas heureuse”.

Vous connaissez sûrement des gens qui sont dans ce cas : malgré une vie en apparence parfaite (“il a tout pour être heureux”), ils ne se sentent pas épanouis.

David Osborn et Paul Morris évoquent aussi l’importance de ce qu’on appelle en psychologie l’attribution interne : c’est le fait de s’attribuer ses succès comme ses échecs au lieu d’en reporter la responsabilité sur quelque chose d’extérieur (“je n’ai pas eu de chance”, “on m’a mis des bâtons dans les roues”, etc).

Ce sont beaucoup de conseils de bon sens… servis par une écriture “à l’Américaine” : matraquage, discours de motivation appuyé, “vous aussi vous pouvez y arriver”, “nous vous donnons les clés et vous allez y arriver si vous agissez en conséquence”.

J’ai bien sûr pioché au fil des pages quelques idées et rappels utiles : par exemple, le fait qu’il soit parfois bien plus profitable de déléguer une tâche qui nous insupporte que de la réaliser soi-même, au risque de procrastiner ou de perdre un temps précieux qu’on pourrait consacrer à autre chose.

Mais je n’ai pas du tout aimé ce livre in fine. L’impression qu’il enfonce des portes ouvertes (en tout cas pour moi !), qu’il s’adresse à des gens qui ont déjà acquis une certaine aisance personnelle (la plupart des exemples concernent le fait d’investir dans l’immobilier pour se créer une source de revenus ou partent du principe que vous gagnez 80000 dollars par an).

Le ton, que je trouvais stimulant au début du livre, devient lassant au fil des pages… et j’en ressors avec le sentiment d’avoir vécu un “conditionnement mental”, un entraînement psychologique qui pousse à l’action, mais guère plus.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.